Rechercher avec Itypa3

Lundi 27 octobre 2015, nous avons eu un webinar particulièrement intéressant avec Eva Sandri consacré à la recherche sur Internet. Le thème pouvait sembler aride, et on pouvait craindre une série de trucs et astuces pour doctorants et pros de la note en bas de page. Mais au contraire, je l’ai même regardé deux fois. Je vous livre un sketchnote pour vous en résumer une partie.Pour le reste, et pour vous éviter de chercher : http://itypa.net/2014/10/28/le-webinaire-semaine-3-rechercher/

Définition et histoire

Eva Sandri nous a donné une définition de la sérendipité, ainsi que l’origine littéraire de ce joli nom. Il désigne ces situations où l’on trouve quelque chose de pertinent, par hasard, ou lorsqu’on cherche autre chose.

sérendipité : trouver ce qu'on ne cherche pasLa sérendipité est à l’origine de nombreuses découvertes. Eva nous cite la tarte Tatin,  l’Amérique, la radioactivité… ou encore le post-it.

quelques cas célèbresMais il ne suffit pas de se tromper pour trouver une idée de génie… Il faut avoir l’intuition du potentiel de son erreur, ou de ce que le hasard nous apporte.

Eva parle d’efficacité paradoxale pour qualifier ces réussites basées sur des erreurs ou des errances. L’ouverture d’esprit, la curiosité, une part d’intuition sont nécessaires. Eva insiste aussi sur le plaisir qu’on peut prendre à se perdre dans l’information pour y trouver l’inattendu. Cela fait écho aux conseils que nous donnait Simon la première semaine.

Eviter la procrastination ou l’infobésité

Comment ne pas se perdre et savoir se recentrer après avoir divagué sur Internet ? Eva Sandri nous donne une ordonnance assez limpide. Il faut fixer les limites avant de faire une  recherche. Par exemple, ne pas aller plus de trois fois par jour sur ce drôle de moteur, http://www.oamos.com, qui nous renvoie des images, des sons et des vidéos inattendus. Elle nous propose aussi un exercice basé sur un des jeux littéraires de l’Oulipo. Cliquer sur le septième lien d’un article, puis sur le septième lien de l’article qui vient de s’ouvrir, et ainsi sept fois de suite…

un peu de sérendipité, mais pas trop !Eva nous met cependant en garde sur l’utilisation marketing de la sérendipité. Ainsi, le « j’ai de la chance de Google » fait juste un lien vers la page en haut de liste et les sites marchands qui nous disent ce que les clients qui ont acheté un article ont pris d’autre.

utilisation abusive de la sérendipité

Publié dans Itypa, pédagogie, sketchnote | 2 commentaires