l’hybridation – un teaser

La conjonction de trois éléments (la pluie, un déplacement professionnel et les annonces de Krita) m’ont donné envie de tester le modèle "gaufrier" du même logiciel libre. Twitter m’a suggéré une intervention de Marcel Lebrun de février. Comme ses présentations sont assez imagées, c’était assez tentant.

La gageüre, pour reprendre le terme employé par l’espe Creteil pour sa conférence de consensus, c’est d’utiliser un mode de narration séquencé et linéaire, à l’opposé donc des sketchnotes et autres schémas heuristiques.

Au final, plus de temps que je n’avais imaginé. La contrainte de la case oblige à composer, dans tous les sens du terme. Faire toute la présentation me paraît trop ambitieux. Cela restera donc sans doute un teaser. Mais c’est un exercice passionnant. Après ce passage rapide dans les cuisines, à vous de juger :

innovation pédagogique - hybridation, thot, méthodes outils et objectifs

deuxième planche sur l'hybridation - enseigner et apprendre

objectifs et méthodes

cc by _ dessiné avec Krita – cliquer sur les images pour agrandir

Pour aller directement voir la vidéo : http://bit.ly/1iOyUD2

Pour résumer, on a balayé le scepticisme de principe tout comme l’enthousiasme aveugle vis-à-vis des nouvelles technologies. Et pour se sortir de ces deux positionnements stériles, Marcel Lebrun revient aux fondamentaux : la cohérence du triskell : objectifs, outils et méthodes, auquel il faudrait ajouter l’évaluation.

Les objectifs de connaissance tendent à passer en arrière plan. Michel Serres et Petite Poucette ont montré que les technologies permettaient d’externaliser les connaissances. Siemens dit la même chose avec le connexionnisme. Les compétences transversales, au contraire, sont de plus citées dans les référentiels.

Sur les outils, Marcel Lebrun nous met en garde contre une condamnation trop rapide des réseaux sociaux, qui serait basée sur l’observation de l’utilisation qu’en font les ados. Donnons leur du temps. On ne se moque pas d’un nourrisson qui fait ses premiers pas. Ils finiront par devenir cette génération C (communication, créer, collaborer).

Sur la méthode, les technologies permettent d’utiliser et de réutiliser ce qui existe déjà. Arrêtons d’enseigner comme au Moyen-Age, nous dit en substance Marcel Lebrun. Mais allons-y progressivement, en avançant selon la méthode SAMR. On remplace petit-à-petit un outil par un autre, et progressivement, le nouvel outil réorganise la façon dont on conçoit la classe, le rôle de l’enseignant et celui de l’apprenant.

 

Publié dans e-learning, illustrations, MOOC | Poster un commentaire