le connectivisme – sketchnote

Un petit sketchnote sur le connectivisme à partir de  lectures d’articles de Siemens et Downes. Je lis ce mot depuis quelques temps, notamment dès qu’il s’agit de moocs, et j’avais fini par croire qu’il s’agissait juste d’inviter les apprenants à se balader et à se faire un parcours dans différentes ressources. Les hypothèses du connectivisme sont en fait assez radicales, et remettent en cause certaines représentations qui nous accompagnent depuis le behaviorisme jusqu’au socio-constructivisme.

Dans les dessins et textes qui suivent, je traduis "learning" par "apprentissage". J’ai bien conscience que ce n’est pas tout à fait la même chose, mais je n’ai pas mieux !

l'apprentissage au XXIème siècle - le connectivisme

cc by – cliquer pour agrandir – réalisé avec Krita

Les choses ont changé

A l’origine du connectivisme, un premier constat : les connaissances ont une durée de vie de plus en plus courte. Nos apprentissages deviennent rapidement obsolètes.

Parallèlement, les apprentissages changent de forme. Les apprentissages informels prennent davantage de place. On apprend tout au long de sa vie, et plus simplement dans les espaces qui étaient prévus pour cela. Dans une intervention pour le Mooc Solerni, Christine Vaufray nous disait elle aussi que les universités étaient devenues des lieux qui attribuaient des diplômes, davantage que des lieux où l’on acquerrait des connaissances. On développe des compétences tout au long de notre activité professionnelle, dans le cadre de notre vie familiale, dans nos loisirs, dans notre vie associative…

Et pour poursuivre, chacun d’entre nous doit développer des compétences et des connaissances dans des domaines très différents au cours de sa vie.

Un point commun de nos apprentissages est la place qu’y occupe la technologie. Michel Serres l’exprime bien dans Petite Poucette, paru en 2012.

Avec l’accès aux personnes, par le téléphone cellulaire, avec l’accès en tous lieux, par le PS, l’accès aux savoirs est désormais ouvert; D’une certaine manière, il est toujours et partout déjà transmis.

Comment concevoir l’enseignement quand en quelques secondes, avec un appareil de quelques grammes, un étudiant peut accéder à plus de connaissance qu’on ne saurait jamais lui transmettre. En l’aidant à développer des compétences de recherche, de tri, d’organisation et d’appropriation, sans doute.

Les apprentissages ne sont plus liés à une personne

Dans un article de 2004, "Connectivism, a learning theory for a digital age", G. Siemens nous indique que les théories de l’apprentissage ont toujours considéré les contenus d’apprentissage comme extérieurs au sujet, et comme des éléments que la personne doit s’approprier. Siemens nous montre que beaucoup de nos apprentissages sont maintenant stockés ailleurs que dans les individus.

Ainsi, nous stockons beaucoup dans les équipements, mais aussi dans nos réseaux humains :" ‘I store my knowledge in my friends’ is an axiom for collecting knowledge through collecting people" nous dit K. Stephenson. Je stocke mes connaissances en mes amis, est un axiome pour rassembler des connaissances en rassemblant des relations.

La question n’est donc pas tant "quoi ?" ni "comment ?" mais "où ?" Savoir où trouver les éléments pour développer les prochains apprentissages est plus important que les apprentissages déjà acquis.

De nouvelles compétences

Les compétences clés ont donc terriblement changé depuis une quinzaine d’années. Le savoir est partout, et devient de plus en plus rapidement obsolète. Pour un individu, la sélection des sources de connaissance, la capacité à sélectionner l’information pertinente sont essentiels… tout comme la capacité à prendre des décisions dans un univers incertain, dans un champ de connaissance qu’on maîtrise peu, et qu’on a peu de temps pour appréhender.

Il s’agit ainsi d’une capacité à apprendre en créant des liens, des connections.

connectivism is the thesis that knowledge is distributed across a network of connections, and therefore that learning consists of the ability to construct and traverse those networks. (Downes)

Le connectivisme défend la thèse que la connaissance est distribuée à travers un réseau de connections, et que l’apprentissage s’appuie sur la capacité de construire et de parcourir ces réseaux (traduction personnelle)

La connaissance est un ensemble de connections qui se créent par l’action et l’expérience. Les liens faibles, les associations que nous faisons entre plusieurs informations sont ce qui permet la serendipité, la créativité et l’innovation.

Conséquences sur la formation

Sélectionner une information, faire des liens, mettre en relation des éléments dans un environnement en mouvement deviennent des compétences clés.

sélectionner une information, prendre des décisions dans un environnement incertain,...

cc by – réalisé avec Krita

La formation apparaît donc moins comme une acquisition de savoirs. Il s’agit au contraire de plus en plus de développer cette capacité d’apprendre, d’investiguer de nouveaux domaines, de sélectionner de l’information et d’en construire quelque chose de nouveau. Le Mooc RESOP (les réseaux sociaux comme outils pédagogiques) se présente ainsi :

Chaque semaine, les inscrits se voient proposer des ressources (vidéos, lectures, outils) sur notre thématique et sont invités à lire, regarder, garder une trace, échanger avec les autres sur le sujet, expérimenter pour s’approprier et communiquer leur expérience. Durant la semaine, des rencontres synchrones en vidéo rassemblent quelques intervenants et les inscrits qui écoutent et commentent à l’aide des réseaux sociaux. Les animateurs animent, et les participants apprennent par eux-mêmes et des autres. Solidarité et entraide sont bienvenues. Chacun se fixe ses propres objectifs et avance à son rythme.

Les apprentissages se forment à travers la participation, la construction de nouvelles ressources, la mise en relation, l’appropriation par une mise en forme différente. Downes propose ainsi de baser l’évaluation des apprentissages l’aide apportée aux autres, les contributions au groupe, la coopération avec d’autres.

Les Moocs, comme les autres modes de formation appuyés sur le numérique vont inciter les apprenants à apporter des éléments nouveaux, à confronter, à proposer une forme nouvelle aux contenus présentés.

Quelques liens

une synthèse intéressante de Dominique Provot avec quelques liens

Connectivism, a learning theory for a digital age de Siemens (2004)

What connectivism is, un article de Downes (2007)

un diaporama du même Stephen Downes

 

 

 

About these ads
Aparté | Cette entrée a été publiée dans e-learning, MOOC, pédagogie. Bookmarquez ce permalien.

45 réponses à le connectivisme – sketchnote

  1. Pingback: le connectivisme – sketchnote | Didac2b's...

  2. Pingback: Connectivisme – sketchnote | Pédag...

  3. doudoulolita dit :

    Article très intéressant. Quelles sont les méthodes pratiques "d’apprentissage de l’apprentissage" que l’on peut en déduire pour l’enseignant ou le formateur?

    Dans mes formations avec les adultes en informatique, j’ai beaucoup de mal à les inciter à trouver eux-mêmes des tutoriels en ligne (ils préfèrent venir en cours et attendre que je leur apporte mon savoir) et à mobiliser une compétence d’un logiciel à l’autre, d’un site à l’autre même parfois.

    L’adaptabilité est beaucoup plus facile avec les jeunes qui ont l’habitude d’internet mais ils se cantonnent (comme beaucoup d’entre nous) aux mêmes sites ressources (Wikipedia pour ne pas le nommer…) et sont assez réfractaires à rechercher exhaustivement, comparer et trier les informations, surtout dans le cadre scolaire.
    Leur avantage est de ne pas se "laisser avoir" par la forme, comme c’est le cas des adultes débutants, mais ils ne s’intéressent guère au fond.

    Comment leur enseigner à la fois l’adaptabilité, qui suppose une sorte de "zapping", et la réflexion qui suppose de passer du temps sur un sujet ?

  4. plerudulier dit :

    A reblogué ceci sur Curation exclusivement en françaiset a ajouté:
    " … A l’origine du connectivisme, un premier constat : les connaissances ont une durée de vie de plus en plus courte. Nos apprentissages deviennent rapidement obsolètes.

    Parallèlement, les apprentissages changent de forme. Les apprentissages informels prennent davantage de place. On apprend tout au long de sa vie, et plus simplement dans les espaces qui étaient prévus pour cela. Dans une intervention pour le Mooc Solerni, Christine Vaufray nous disait elle aussi que les universités étaient devenues des lieux qui attribuaient des diplômes, davantage que des lieux où l’on acquerrait des connaissances. On développe des compétences tout au long de notre activité professionnelle, dans le cadre de notre vie familiale, dans nos loisirs, dans notre vie associative… …"

  5. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Humanité...

  6. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Elearning p&eac...

  7. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Réflexio...

  8. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Higher Educatio...

  9. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Travailler autr...

  10. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Android and iPa...

  11. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Veille pour les...

  12. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Design Thinking...

  13. Pingback: le connectivisme - sketchnote | gpmt | Scoop.it

  14. Pingback: le connectivisme - sketchnote | veillepé...

  15. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Technologie, P&...

  16. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Actu@liTIC | S...

  17. Pingback: le connectivisme - sketchnote | MOOC & E-le...

  18. Pingback: le connectivisme – sketchnote | E-pedagog...

  19. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Pedagogo. | Sc...

  20. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Proximit&eacute...

  21. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Ingénier...

  22. Pingback: le connectivisme – sketchnote | Pé...

  23. Pingback: le connectivisme – sketchnote | Education...

  24. Pingback: le connectivisme - sketchnote | TUICE_Universit...

  25. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Pratiques p&eac...

  26. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Le numér...

  27. Pingback: le connectivisme – sketchnote | dproy

  28. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Joie -au-travai...

  29. Pingback: Le connectivisme en sketchnote | Actualit&eacut...

  30. Pingback: le connectivisme - sketchnote | All about (M)OO...

  31. Pingback: le connectivisme - sketchnote | La coopé...

  32. Pingback: le connectivisme - sketchnote | formation des e...

  33. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Numériqu...

  34. A reblogué ceci sur et a ajouté:
    5/5

  35. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Ressources pour...

  36. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Pourquoi pas......

  37. Pingback: le connectivisme - sketchnote | TICE et langues...

  38. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Pédagoti...

  39. Pingback: le connectivisme – sketchnote | Pé...

  40. Pingback: le connectivisme - sketchnote | De tout sur la ...

  41. Pingback: le connectivisme - sketchnote | ASTUTICE | Sco...

  42. Pingback: le connectivisme - sketchnote | education, m&ea...

  43. Pingback: le connectivisme - sketchnote | Former au num&e...

  44. Pingback: le connectivisme – sketchnote | Didac2b |...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s