MoocGdP – un grand bravo…

J’arrête enfin de prononcer MOOC  « mouk », et la formation mise en place par Rémi Bachelet, Matthieu Cisel, Jérémie Sicsic, Yannick Petit, Mégane Cristaldi, Bruno Warin, Dominique Breton… ouf, et les autres… approche de sa fin.

Trois étapes

La formation basique : vidéos et QCM

La première étape du MoocGdP est très classique et ressemble à beaucoup de Mooc.  Des vidéos et des tests. Mais les tests sont sérieux, pas si faciles et nécessitent quelques révisions pour réussir.

De youtube vers les QCM - le modèle pédagogique de l'épongeCe n’est pas le cas pour tous les Moocs…

Je suis actuellement un Mooc qui ne s’appuie que sur des évaluations par QCM. On valide à 70%, avec quatre séries de tests de 5 questions. Pour chaque test, on a le droit à trois essais et le meilleur est gardé…

Le modèle pédagogique est celui où l’apprenant est censé être une éponge. Il absorbe, il répète.

Difficile de rater une évaluation. Pour le premier test, j’avais pris des notes et relu le cours à télécharger. Pour le second, j’ai relu le cours. Pour le troisième, j’ai juste écouté l’enregistrement. Pour le quatrième, je vais tenter le test avant d’écouter le cours. Je faisais moins le malin avec le MoocGdP.

J’imagine qu’un jour, un chercheur un peu farceur fera tester un mooc évalué par 5 questions, avec la possibilité de  se tromper 3 fois à des chimpanzés. Il remplacera les réponses aux questions par des formes et des  couleurs, et on verra qu’une grande partie des primates obtiendra son certificat.

singe

Pour le MoocGdP, cette critique n’est pas fondée. Néanmoins, le certificat de base ne permet d’évaluer que des connaissances. Et pour de nombreuses activités professionnelles, les connaissances ne suffisent pas….

chirurgie_genou

Appliquer des connaissances : le certificat avancé

La formation a changé de nature avec le certificat avancé. Fini l’étalage de connaissances. Il faut montrer que l’on sait s’approprier des outils, les adapter à une situation et faire l’analyse des résultats qu’ils nous donnent.

Parallèlement, l’utilisation des réseaux sociaux nous a permis de construire le groupe. Un MOOC digne de ce nom  doit avoir une vie de groupe, comme n’importe quelle formation. Nous avons beaucoup appris grâce à l’entraide, et sans doute aussi avec l’évaluation par les pairs.

Nous avons beaucoup râlé sur ceux qui évaluent aveuglément, sans justifier, en cliquant simplement sur les indicateurs des critères. Mais l’important n’est pas là. En passant quelques heures sur un exercice, puis en voyant ce que d’autres ont fait avec les mêmes contraintes, on apprend énormément.

La certification par groupe

Savoir faire un GANTT, une to-do list ou un compte-rendu, c’est bien.La gestion de projet doit cependant s’inscrire dans une organisation avec sa culture, son vocabulaire et son fonctionnement. Les connaissances, la maîtrise des outils ne suffisent pas. Il faut aussi sélectionner et adapter ceux qui conviendront à une situation et à un projet…

pking2 premieres_applic

La maîtrise des outils ne fait pas de nous des bons gestionnaires de projet. C’est le sens de quelques illustrations que j’ai partagées avec le groupe.

En revanche, la certification par groupe permet de se confronter à d’autres logiques. Avant de faire un Gantt ou une WBS, il faut convaincre les autres que c’est pertinent, et que cela fera avancer le projet.

Je me suis lancé dans cette troisième partie du MoocGdP sans bien savoir où j’allais, avant même de commencer les cours en ligne… Autant dire que je n’avais pas compris ce que c’était. La difficulté est de tenir le groupe et la motivation, de garder un cap sans être trop rigide. Mais l’intérêt est de se confronter à des logiques de gestion de projet autres. On passe beaucoup de temps à formaliser… plus sans doute qu’il n’en faudrait pour mettre en place le projet réellement. Mais pousser la démarche jusqu’au bout de temps en temps ne peut être que bénéfique. La consultation des travaux des autres groupes est aussi très stimulante. Chaque groupe s’est approprié les outils de façon différente, en les sélectionnant, en les adaptant ou en en créant d’autres. On est sur le haut des pyramides de Bloom ou de Krathwohl-Anderson.

krathwoll

Expérience réussie !

A en juger par twitter ou les blogs où chacun envoie son score à la face du monde, on est tous plutôt fiers de notre résultat à la formation basique ou avancée.

Alors quand Rémi, Matthieu, Yannick ou Jérémie se lanceront à nouveau dans un projet, on veut en être !

Le Mooc plébiscité !Et un merci particulier à Matthieu, qui a mis en valeur mes dessins dans une chronique du Mooc sur son blog.

 

Cet article a été publié dans e-learning, MOOCGdP. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s