Mooc Itypa – note sur l’intervention de JM Cornu

Avec ITyPA 2, une présentation de Jean-Michel Cornu sur le travail collaboratif a retenu mon attention. Je vous propose une synthèse de la première partie, en attendant un développement plus large.

PLUSIEURS FACONS DE CHOISIR

Le choix a posteriori

cornu1a Jean-Michel CORNU évoque la méthode ancienne. On décide avant, on planifie, et on fait des prévisions. Il en profite pour écorner la gestion de projet traditionnelle. Car les choses, nous dit-il, sont imprévisibles…

Le choix simultanéecornu1b

Apparaît ensuite une deuxième approche, que JM CORNU qualifie de modèle économique. Les décisions se prennent pendant que les choses se réalisent, en simultanée. On est sur l’échange et la négociation, me semble-t-il.

Le choix a posteriori

cornu1c

Enfin, le modèle qui émerge actuellement consiste à décider après. Plutôt que de sélectionner un spécialiste ou plusieurs pour leur poser une question, je pose une question à un très grand nombre, et la réponse pertinente viendra souvent de là où je ne l’attends pas…cornu1d

Laissons la parole à Jean-Michel Cornu qui écrit en 2004 (La coopération, nouvelles approches) :

« L’un des éléments clés qui favorise le basculement d’une économie d’échange vers une économie du don est le passage de la pénurie à l’abondance. L’abondance signifie que les acteurs ont résolu leurs besoins de sécurité et qu’ils recherchent autre chose comme par exemple de la reconnaissance. L’abondance peut exister, nous l’avons vu, dans le domaine des biens immatériels et dans le domaine du savoir.. »

L’abondance n’est donc pas si rare, surtout lorsqu’il s’agit d’information.cornu1e

JM CORNU bouscule un peu les idées reçues. Pour réussir dans ce modèle, Etre « fainéant » et « opportuniste » n’est pas un problème, bien au contraire.

A travers les forums des Mooc, j’ai vu des personnes lancer des appels à l’aide sans cibler de public précis, en misant sur la quantité… et trouver l’aide qu’ils souhaitaient. Je me souviens d’une dizaine de personnes qui avaient répondu spontanément à une demande de coup de main pour une traduction qui portait sur quelques pages, un dimanche après-midi… Au fur et à mesure, le chercheur qui avait fait cette demande validait les phrases et les remarques qui lui paraissaient pertinentes. Une véritable illustration de la troisième méthode, exposée par JM Cornu.

2. Tous les gens qui « foutent rien » dans votre groupe sont vos amis

JM Cornu nous propose de segmenter les grands groupes en 4 types d’acteurs. C’est une typologie à peine plus complexe que celle qui sépareraient les actifs des inactifs. Il distingue les pro-actifs, les réactifs, les observateurs et les inactifs. On verra que selon les groupes, une même personne peut occuper des rôles différents.

les pro-actifs prennent des initiatives

cornu2a

le réactif réagit en fonction de ce qui va se passer. Quand on lui demande de participer il le fait… Mais il ne prend pas forcément d’initiatives.

cornu2b

L’observateur ne fait pas grand-chose, mais il observe… Et peut-être un jour se mettra-t-il à bouger

une observatrice

Il y a des inactifs, qui ne font rien. Pour qu’il n’y ait aucun ressemblance avec des personnes existants, je les représente par un tas de polenta.

les inactifs, remplacés par un tas de polenta pour ne pas nuire à leur image

Ce n’est pas un rôle figé. Dans la vie, une même personne peut être pro-active dans un groupe, réactive dans un autre et juste observatrice ou inactive dans un autre.

Le pourcentage reste à peu près constant. Dans tous les groupes de plus de douze personnes, le principe est que tout le monde ne fait rien, et il y a une exception : certains font quelque chose ! Dans les groupes de moins de 12, l’exception, c’est que certains travaillent.

Dans les grands groupes, il y a de 1 à5% qui sont pro-actifs, et de 10à 40% qui sont réactifs.

Jean-Michel Cornu nous explique que lorsque le groupe augmente, le pourcentage reste le même et le nombre de pro-actifs ou de réactifs augmente… Ceux qui ne font rien sont donc nos amis, parce qu’un jour, ils basculeront peut-être du côté des actifs !

Tous les observateurs d’Itypa 2 se sont sentis rassurés par la phrase de Jean-Michel Cornu « tous les inactifs, tous les observateurs sont vos amis ».

cornu2e

Cet article a été publié dans Itypa. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mooc Itypa – note sur l’intervention de JM Cornu

  1. Ping : Mooc Itypa - note sur l'intervention de JM Corn...

  2. marie dit :

    C’est carrément super, on comprend tout tout de suite, merci à l’auteur, est-ce Frédéric Duriez ?

  3. Ping : Itypa Webinaire 6 : Communautés d’apprentissage | Sandrine Meldener M2 Didactique des langues et TICE

  4. arantxa dit :

    MERCI pour le partage!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s