Itypa, un détour osé par le rhizome

La semaine dernière, l’émission « Les nouveaux chemins de la connaissance » sur France-Culture était consacrée à la notion de réseau. Lundi, le thème était le rhizome, tel qu’il a été présenté par Gilles Deleuze et Félix Guattari, d’abord dans Rhizome aux Éditions de Minuit,  en 1976, puis dans Mille Plateaux, en 1980.

Pour parler du rhizome, Jean-Clet Martin. Brillant, très clair, on l’imagine sans problème manier la bêche et le râteau, ce qui est un plus pour ce thème !

rhizome4La définition du rhizome

Le rhizome est la partie souterraine de certains végétaux, souvent horizontale, composée d’une réserve et d’une multitude de ramifications, qui se nouent entre elles, se prolongent dans un réseau assez dense.

schéma d'un rhizome - réserve et prolongements enchevétrésDeleuze et Gattari opposent le rhizome aux racines et à l’arbre, qui sont davantage des métaphores utilisées pour les organismes structurés et hiérarchisés, que l’on peut circonscrire plus facilement.

Une autre métaphore utilisée est celle du terrier. Comme pour le rhizome, il n’y a pas d’entrée principale, ni de terme.

le terrier, une métaphore proche du rhizome

Principes de connexion et d’hétérogénéité : n’importe quel point d’un rhizome peut être connecté avec n’importe quel autre, et doit l’être. C’est très différent de l’arbre ou de la racine qui fixent un point, un ordre.
Rhizome.- Deleuze et Guattari.

Le rhizome prolifère par le milieu, il se constitue avec des relations. Un de ses principes est la multiplicité. Rhizome est écrit dans les années 70, mais il me semble qu’on est très proche des analyses sur l’apprentissage par Internet, sur le fonctionnement de pearltrees, cartes mentales et schémas heuristiques. Trois éléments communs : le démarrage par le centre, un ancrage ferme autour d’une question ou d’une problématique, une multiplication des relations.

Il me semble qu’à travers les scoop-it, les forums, la lettre électronique du Mooc Itypa et les blogs de quelques participants, on est dans cette logique. On tire sur un fil, on clique sur un lien, et on arrive sur des domaines de savoir qui nous emmènent vers d’autres. Il n’y a pas de hiérarchie : on va rarement voir la présentation des auteurs. Seule la pertinence perçue fera qu’on s’attardera sur un contenu ou sur un site, qui deviendra le centre d’un nouveau rhizome…

Même logique dans les utilisations de schémas heuristiques en présentiel, avec post-it ou marqueurs. On fixe une notion au centre. Et les réflexions du groupe vont permettre de détailler et d’étendre la problématique ou le concept posé… Ca pourrait ne jamais s’arrêter. Ce qu’on a défini comme un centre peut très bien devenir périphérique d’une autre question, que le groupe investit…

Un rhizome ne commence et n’aboutit pas, il est toujours au milieu, entre les choses, inter-être, intermezzo. L’arbre est filiation, mais le rhizome est alliance, uniquement d’alliance. L’arbre impose le verbe « être », mais le rhizome a pour tissu la conjonction « et… et… et… ». Il y a dans cette conjonction assez de force pour secouer et déraciner le verbe être. Où allez-vous ? d’où partez–vous ? où voulez-vous en venir ? sont des questions bien inutiles. Faire table rase, partir ou repartir à zéro, chercher un commencement, ou un fondement, impliquent une fausse conception du voyage et du mouvement.

Jean-Clet Martin donne d’autres images. Lorsqu’on retrouve les tessons d’un vase. On pense le reconstruire selon une méthode. Dans la logique du rhizome, on associerait les tessons pour en faire une création originale, sans qu’il y ait numérotation des fragments ou mode d’emploi.

Il fait aussi allusion au cerveau, où ce sont les relations entre les neurones à travers les synapses qui produisent du sens. C’est la relation qui importe. Comme avec le tissu. Un même fil peut donner des étoffes différentes selon les méthodes de tissage.

En littérature, l’architecture du Château de Kafka est aussi une image de Rhizome. Les pièces mènent vers d’autres pièces, il se protège justement par la multiplicité de ses entrées.

Kafka - écrivain du rhizome

Pourtant, en toute honnêteté, les présentation rhizomiques, cartes mentales et schémas heuristiques ne mettent pas longtemps à se transformer en plans structurés, organisés, avec un début et une fin… Le rhizome n’est parfois qu’un détour pour retrouver une organisation cartésienne.

Cet article a été publié dans Itypa, pédagogie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Itypa, un détour osé par le rhizome

  1. Ping : Itypa, un détour osé par le rhizo...

  2. sevrin eric dit :

    Pas facile cet exercice de style : essayer de décrypter ce qu’on pu dire, ce qu’on voulu dire et ce qu’aurait aimé dire chaque participant à cette séance de clôture. Une autre approche plus mathématique ou statistique serait de voir si la somme des interventions correspond bien au résultat souhaité ?

  3. Ping : Du rhizome à l'apprentissage en ligne ? ...

  4. Ping : Du rhizome à l'apprentissage en ligne ? ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s